Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 12:14

Un jour un petit garçon rejoint un autre petit garçon sur le chemin du village.
« Tu as l'air bien, triste, dit le premier
- C'est que j'en ai assez, répondit le second. J'en ai assez de cette croix qui me pèse. Non vraiment cette vie n'est pas faite pour moi.
- Écoute, reprit le premier, j'ai peut-être le moyen de t'aider. »
Et par un chemin détourné, il conduisit son compagnon dans une vallée où se trouvaient amoncelées une multitude de croix, des croix de toutes formes, de toutes tailles, de toutes espèces de bois.
« Va et choisis celle qui te convient. »
Tout heureux, le petit garçon jeta la croix qu'il avait reçue à sa naissance et se mit à les essayer les unes après les autres. La première, qui lui avait paru pourtant fort légère au premier abord, lui déchirait l'épaule. La seconde était trop longue et, traînant par terre, ralentissait l'allure de marche du petit garçon. La troisième était trop rugueuse, la quatrième trop lisse et glissait des mains… Au bout d'un nombre incalculable d'essais, le garçon en dénicha enfin une, merveilleusement adaptée à sa taille et à ses forces. Tout joyeux, il se tourna vers son compagnon :
« C'est formidable, lui cria-t-il, j'ai enfin trouvé celle qui me convenait.
- Tu as raison, lui répondit le premier garçon. C'est celle que tu portais en arrivant ici. »
Et subitement il disparut à ses yeux. L'essentiel est invisible avec les yeux.

En Orient, on raconte l'histoire de ce roi qui avait deux fils. L'un d'eux seulement devait hériter de son royaume. Désirant éprouver leur sagesse, afin de les départager, le roi fit venir ses deux fils et leur dit en donnant à chacun une petite somme d'argent : « Voici ce que vous allez faire : avec cet argent vous allez vous procurer de quoi remplir complètement la grande salle vide du château. C'est celui qui s'acquittera mieux de cette tâche qui héritera de mon royaume ! » Le premier fils avait appris que la paille était bon marché. Il en acheta autant que la somme dont il disposait le permettait. Mais la salle du château ne fut remplie qu'à moitié.
Le second des fils acheta un vase d'argile, de l'huile et une mèche, fit du tout une lampe qu'il alluma et voici que la grande salle du château fut remplie de lumière jusque dans ses derniers recoins. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

Saint-Exupéry

Partager cet article

Repost 0
Published by Christiane GUEMY
commenter cet article

commentaires